ne plus porter de soutien gorge
Lifestyle

Je ne porte plus de soutien-gorge… et je vais mieux ! Mon témoignage

Haaaa le soutien-gorge. Cet objet de torture que l’on porte toute la journée et que l’on dégrafe avec soulagement une fois rentré chez soi. Je vais vous dire un secret : j’ai arrêté de porter des soutifs il y a des mois. Et je m’en porte bien mieux ! Je n’en ai jamais parlé ici car c’était un sujet un peu tabou. Pourtant, je vois de plus en plus d’articles sur le no-bra et tous les témoignages positifs. J’avais envie également d’ajouter ma pierre à l’édifice. Voici mon retour d’expérience. Attention, pas de mots tabous ici, je vous dis tout !

Pourquoi j’ai arrêté de porter des soutiens-gorges ?

L’année dernière, j’ai commencé à avoir des règles douloureuses. J’ai toujours “bien” vécu mes règles jusqu’alors : je n’avais pas de douleurs en particulier, ni de sautes d’humeur. Toutefois, ça allait de pire en pire : douleurs violentes en bas du ventre, moral à zéro (le syndrome pré-menstruel n’est pas un mythe !), mal au dos mais surtout : douleurs mamaires. C’était à un point où même un effleurement me faisait mal. Porter des soutiens-gorges dans cette situation était donc impossible. Pour la première fois de ma vie, je sortais dans la rue, et j’allais au boulot les seins… libres.

Ma première expérience et le regard des autres

Au départ, ça me faisait étrange. J’avais tellement l’habitude de porter un soutif que j’avais cette étrange impression de sortir limite à poil. En tout cas, je n’étais pas très à l’aise. Pourtant, je sentais que dans mon corps, j’allais mieux. Il n’y avait rien pour les tenir certes, mais je n’avais pas mal, il n’y avait rien qui me serrait, et à moins de me taper un sprint dans un escalier (ce qui a peu de chances de m’arriver), je n’avais pas de douleurs liées au fait qu’ils “flottaient”. Bref, mes seins étaient libres, et je me sentais bien. J’ai donc progressivement arrêté de porter le soutif, jusqu’à le mettre au placard durant des semaines.

Il faut noter toutefois que j’ai des seins qui tiennent bien. Je fais du bonnet B, et j’ai la chance d’avoir des seins naturellement assez fermes, qui ne tombent pas. Je pense que c’est un détail à préciser, car j’ignore si les plus fortes poitrines, qui ont besoin de soutiens-gorges pour soutenir les seins, y trouveront leur compte. Je suis preneuse de toutes les expériences !

Pour ce qui du regard des autres, et bien, à moins de mettre des vêtements transparents, ils ne l’ont tout simplement pas remarqué. J’ai des amis proches qui ont mis des mois avant de s’en apercevoir. Et lorsqu’ils le remarquent (souvent car je porte des débardeurs et des pulls à épaules dénudées), et qu’ils me demandent “tu n’as pas de soutif ?”, je réponds simplement que je n’en porte plus, car je me sens mieux sans. Et je n’ai jamais eu à faire face à des incompréhensions !

Le no-bra, ça change quoi ?

Pour moi, ça a clairement changé mon bien-être au quotidien. Le fait de passer mes journées sans cet objet qui me faisait mal et qui me donnait souvent l’impression de m’étouffer, a été libérateur. Il y a le débat sur l’effet sur les seins, avec ceux qui pensent qu’ils vont tomber. J’avoue, je n’en sais rien, mais je crois que beaucoup d’études (de plus en plus) tendent à montrer que ce n’est pas le cas. Mieux, elles démontrent les avantages de ne PAS porter de soutifs. Je vous avoue que quoi qu’il en soit, je m’en fiche un peu… Tant pis si j’ai les seins qui tombent dans quelques années, mon confort là, maintenant, tout de suite, c’est ce qui prime.

Les conséquences du no-bra varient d’une femme à l’autre. Pour moi, outre le confort, je peux vous dire que j’ai beaucoup moins mal qu’avant. J’ai toujours les seins un peu douloureux avant chaque règle, mais par rapport à l’époque où je portais des soutiens-gorges, ce n’est pas comparable. Ils sont beaucoup moins sensibles maintenant. Sinon, j’ai aussi l’impression qu’ils sont plus fermes. Je ne pourrais pas vous dire pourquoi, ni même si c’est lié à l’arrêt du soutif, mais oui : ils sont plus rebondis aujourd’hui. Et enfin, non seulement je me sens mieux au niveau de ma poitrine, mais je respire beaucoup mieux. Je me suis rendue compte à quel point les soutiens-gorges m’oppressaient. J’ai toujours eu des soucis à bien respirer (d’où ma pratique régulière de la méditation), et depuis que j’ai adopté le no-bra, je respire beaucoup plus librement maintenant.

Mon bilan

Je pense que vous l’avez compris, avec tout ça, je n’ai aucune raison de revenir vers le port de soutif. C’est utile pour tenir les seins, mais les miens tiennent bien tous seuls, et je me porte mieux sans. J’en porte encore pour les évènements importants, mais dans mon quotidien, c’est no-bra tout le temps. Et je me sens tellement mieux maintenant… Je me demande encore comment j’ai pu le supporter pendant tant d’années !

Et vous, que pensez-vous ? Je suis curieuse d’avoir votre avis !

Comments (9)

  • Le sans soutif c’est la vie ! En tant que mec, je me suis longtemps demandé pourquoi et comment les femmes faisaient pour porter ces choses étranges et inutiles… et puis j’ai fini par comprendre qu’il y avait un paquet de raisons à cela. L’ampleur de la pression sociale, mais surtout cette peur obsédante d’être jugée, la peur des seins qui tombent sans SG (totalement infondée), etc. C’est beaucoup une question de peurs installées et de croyances…

    Pour ce qui est des poitrines généreuses, elles aussi en tirent de grands bénéfices, mais cela prend aussi plus de temps, forcément.
    J’ai réalisé un blog d’information sur les dangers des soutien-gorges et les bienfaits des seins libres, si ça t’intéresses de creuser le sujet 😉 http://www.freetheboobies.fr

    Merci pour ta petite pierre 🙂 On va bientôt faire un monument et les soutifs finiront dans un musée !

    Répondre
    • Je suis tout à fait d’accord. Le but de l’article, en plus de témoigner sur les avantages à ne plus en porter pour mon corps et mon bien-être en général, c’est surtout de dire qu’il ne faut pas avoir honte de ne pas en porter. Le soutien-gorge reste encore vu comme une “norme” (en témoignent les remarques que l’on se prend lorsque l’on en porte pas) et ça ne devrait pas. Heureusement, ce n’est pas le cas dans tous les pays… Et le no-bra tend de plus en plus à se banaliser donc je garde espoir 🙂
      Je vais aller jeter un oeil à votre site ! Merci de votre passage.

      Répondre
  • Vive le no bra !!
    Même Hugo me disait : mais pourquoi tu te fais ch*er à en porter ?!
    C’est une totale liberté ! Notamment pour les petites poitrines je pense.
    (Je n’ai jamais autant aimé avec un riquignoule bonnet A).

    Bon, là j’en remets, mais c’est exceptionnel. Mais le jour où je passerai à nouveau en no bra, ça sera yahou !!^^

    Bref, tu as raison d’apporter ton témoignage à l’édifice !

    Répondre
    • Merci beaucoup Kallyane !
      Ton mec a bien raison, il faut qu’on se sente bien avant tout !
      Je me suis toujours plaint d’avoir une petite poitrine, mais là, j’en suis bien contente ! Ca m’a changé la vie (j’exagère à peine) d’arrêter d’en porter. Je me sens tellement mieux dans mes vêtements maintenant 🙂
      Bisous !

      Répondre
  • De mon côté j’y songe de plus en plus 🙂

    Répondre
    • Franchement… Ca CHANGE la vie ! Sans exagération 🙂

      Répondre
  • Merci pour ce retour d’expérience 🙂 On se sent tellement plus libre et à l’aise sans soutien gorge!
    Douce journée
    Laurie
    http://onlylaurie.fr/

    Répondre
  • Super ton article et ton retour d’experience !!
    J’ai moi même abandonné les soutiens gorge à armature pour passer aux bralettes et je m’en sens déjà tellement mieux. Mais pas encore capable de passer le cap du sans soutien gorge.

    Bises,
    Clémence – http://www.lyonnaisementvotre.com

    Répondre
    • Salut Clémence, merci beaucoup !
      Je porte la bralette lorsque je ne veux pas montrer que je ne porte pas de soutifs (réunion, évènement important, etc.), je trouve que c’est une bonne alternative au non-port de soutif (même si de mon côté, c’est totalement adopté) ! L’important c’est de se sentir bien 🙂
      Bises !

      Répondre

Write a comment